Nos Métiers d'Art

Thumbnail

Les métiers d’art horlogers incluent l'ensemble des disciplines artistiques appliquées aux garde-temps. En Suisse, horlogers et artisans collaborent depuis des siècles pour créer des montres finement décorées. Chez Blancpain, cette grande tradition se perpétue à l’interne, dans des ateliers Métiers d’Art intégrés. Nous produisons des œuvres décoratives uniques, selon la pratique artisanale traditionnelle. Les clients ont la possibilité d’effectuer, en collaboration avec nos artistes, leurs propres choix en matière de dessins, de thèmes, de motifs et de techniques. Ils obtiennent ainsi une œuvre d’art sur mesure répondant à leurs attentes les plus ultimes. 

Le shakudō

Le shakudō est un art japonais vieux de plusieurs siècles, prisé des samouraïs pour orner des petits éléments de leurs katanas. Il est aujourd'hui pratiqué par nos artisans de la Vallée de Joux, en Suisse, afin de réaliser des cadrans uniques. 

Le shakudō est un alliage d’or et de cuivre. Selon le procédé traditionnel appliqué chez Blancpain, il, est plongé dans un bain appelé rokushō, destiné à en transformer la couleur. L'opération se répète jusqu’à obtention de la teinte désirée, composée de subtiles nuances de l'ordre du noir, du gris ou du bleu. Lorsque l’artiste parvient à la teinte parfaite, le shakudō est achevé et la couleur stabilisée. 

Le shakudō est très souvent rehaussé par le biais de techniques artistiques complémentaires, à l'instar de la gravure, du damasquinage ou de la sculpture. 
 

Thumbnail
Thumbnail

La gravure

La gravure à la main est l'un des arts décoratifs majeurs de la haute horlogerie. Fidèles à la tradition, nos maîtres graveurs réalisent des décors pouvant habiller cadrans, ponts de mouvements, masses oscillantes, fonds de boîtiers et automates. Leur travail commence par l'esquisse, à la main de croquis représentant en détail les formes et leur agencement sur les parties concernées de la montre. Une fois le dessin arrêté, les graveurs peuvent alors commencer à pratiquer leur art en taillant la surface de leur matériau à l'aide de burins. Grâce à des pointes de formes différentes, ces derniers permettent de tracer des lignes fines, selon la technique de la taille douce, et de créer ainsi des textures donnant vie au dessin. 

Le damasquinage

L’art décoratif du damasquinage est d'abord apparu en Chine avant de se propager dans l’ancienne Damas, puis en Perse et en Inde, et enfin à Tolède, en Espagne. Les artistes de Blancpain ont intégré cet art ancien au monde de la haute horlogerie.

La surface à décorer est d’abord taillée en creux, selon le dessin souhaité. Des fils de métal précieux, comme de l’or ou de l’argent, sont ensuite martelés dans les fines ciselures puis aplanis en surface et méticuleusement polis. La décoration en métal précieux tient en place par l'intermédiaire de la surface dans laquelle elle a été manuellement insérée et martelée. En résultent des chefs-d'œuvre sans équivalents.

Nous produisons des cadrans entièrement décorés selon la technique du damasquinage, et d’autres où le damasquinage est associé à des éléments finement gravés à la main.
 

Thumbnail

Le binchōtan

Originaire du Japon, le binchōtan est un charbon issu de procédés traditionnels datant d'il y a plus de 400 ans. D'une qualité remarquable car extrêmement dense, il résulte de la combustion lente du bois d'Ubamegashi (chêne de Holm) dans un four en argile chauffé à environ 1300 degrés. L'élévation brusque de température, suivie d'un refroidissement rapide, réduit l'écorce de l'arbre en cendres pour faire place à une surface lisse dont la dureté est comparable à celle de l'acier. Les artistes de nos ateliers Métiers d'Art du Brassus se sont approprié ce savoir-faire pour la réalisation de cadrans uniques. Le binchōtan est d'abord lavé, avant d'être découpé en disques fins. Plusieurs couches de résine provenant de la sève de l'arbre à laque asiatique sont apposées sur leur surface afin de protéger la matière du vieillissement. Les disques sont ensuite polis afin d'exalter la beauté des stries du binchōtan et l'intensité de sa couleur, avant d'être minutieusement décorés à l'aide d'une laque pigmentée. Des décors variés, comme des appliques en or gravées à la main et parfois patinées, sont enfin fixées sur les cadrans ainsi obtenus. 
Le binchōtan peut également être utilisé pour créer des inserts décoratifs appliqués en association à de l'émail grand feu sur des cadrans en or gravés.
 

Vignette

La peinture en émail

La peinture miniature en émail est l'une des nombreuses techniques d’émaillage pratiquées par Blancpain. Le cadran de la montre est la toile de nos émailleurs. Leur travail commence par la préparation de la surface à peindre. Sur une plaque en or massif, les artistes des ateliers Métiers d’Art du Brassus appliquent délicatement de l’émail, couche après couche, sur le dessus et le dessous, pour éviter toute déformation du cadran. Chaque couche nécessite un passage au four à environ 800 degrés. La surface de l’émail est ensuite soigneusement polie, afin qu’elle soit parfaite, sans la moindre fissure et aucun défaut. Elle est alors prête à recevoir les pigments colorés selon un croquis préalablement dessiné avec soin. Nos émailleurs créent les couleurs en mélangeant de la poudre d’émail, des oxydes métalliques et de l’huile de pin dans un mortier en agate. La peinture est généralement réalisée à l'aide de pinceaux à poils de martre microscopiques. Elle est suivie d’une cuisson au four. Cette technique traditionnelle garantit des couleurs étincelantes éternelles.

Thumbnail
Haut de page