La Vallée de Joux

Située sur la chaîne montagneuse du Jura, la Vallée de Joux s’est imposée au fil du temps comme l’un des lieux incontournables de l’horlogerie suisse.

C’est à partir de 1750 environ que l’horlogerie se développe dans la région et de nombreux ateliers voient le jour dans la Vallée. Cette activité artisanale est pratiquée en complément de l’activité agricole. Les paysans profitent de la pause hivernale pour fabriquer des composants de montres qu’ils revendent aux maîtres-horlogers du Pays de Vaud. En 1776, les corporations horlogères du canton de Vaud sont abolies. L’apprentissage horloger se libéralise, tout comme le marché des montres. De plus en plus d’habitants de la Vallée de Joux se lancent dans ce nouveau métier, toujours en complément de l’agriculture. C’est ainsi que le paysan-horloger est né. Durant plus d’un siècle, sa figure domine la région.

 

L’essor de l’horlogerie dans la Vallée

La fin du 19e siècle marque les débuts de l’industrialisation en Suisse et la Vallée se développe dans le secteur de l’horlogerie. Profitant de la large expérience des paysans-horlogers, de nombreuses marques horlogères s’installent dans la région. Les paysans  quittent leurs campagnes et rejoignent les fabriques qui fleurissent autour du Lac de Joux.  Depuis, le secteur de l’horlogerie ne cesse de se développer dans la région, malgré quelques coups d’arrêt marqués, entre autres, par les conflits mondiaux du 20e siècle et la crise horlogère de la fin des années 1970.

 

Blancpain s’implante à la Vallée de Joux

En 1984, Blancpain s’installe au Brassus pour y fabriquer et assembler ses montres. Depuis 2010, elle dispose également d’un site de production au Sentier et compte aujourd’hui près de 700 employés dans ce haut lieu de l’horlogerie suisse.