Blancpain soutient le projet Gombessa, expédition scientifique à la rencontre du coelacanthe

Partager

Le 5 avril 2013 à 20h30, le plongeur et naturaliste Laurent Ballesta, doté de sa Blancpain Fifty Fathoms au poignet et accompagné de plongeurs spécialement entrainés aux grandes profondeurs, de chercheurs de l’institut Sud-Africain SAIAB et de six scientifiques du Muséum national d’Histoire naturelle et du CNRS, part en Afrique du Sud pour 40 jours de plongée à la rencontre d’un animal mythique : le cœlacanthe.

Appelé localement Gombessa, ce géant paisible de 2 mètres de long que l’on croyait disparu depuis 70 millions d’années et redécouvert vivant en 1938 est considéré comme la plus grande découverte zoologique du XXe siècle :

- il porte en lui les traces du passage des poissons aux premiers vertébrés terrestres à quatre pattes
- il est, avec ses nageoires pédonculées et son poumon primitif, le témoin vivant et inespéré de la sortie des eaux il y a 370 millions d’années.

Le cœlacanthe déchaine des débats enflammés depuis presque un siècle entre créationnistes et scientifiques. C’est sans doute l’animal sauvage qui a été le plus disséqué au monde et pourtant on ne sait presque rien de son mode de vie. Espèce rarissime et vivant à plus de 100 mètres de profondeur, très peu d’observations directes ont pu en être faites jusqu’ici. L’expédition GOMBESSA, fruit de deux ans de préparation scientifique, logistique et humaine, permettra pour la première fois de réaliser des observations et des expériences scientifiques au contact de cœlacanthes vivants.

Pour atteindre cette légende vivante, Laurent Ballesta et son équipe de plongeurs devront chaque jour rejoindre les grottes du Jesser Canyon par – 120m, une profondeur où chaque minute passée au fond se paye de longues heures de décompression avant de rejoindre la surface.

Au contact de l’animal ils pourront mettre en oeuvre les protocoles scientifiques conçus par l’équipe de chercheurs du Muséum national d’Histoire naturelle et du CNRS, dirigée par le Professeur Gaël Clément, paléontologue au Muséum, et les biologistes sud-africains Kerry Sink et Angus Paterson du South African Institute for Aquatic Biodiversity (SAIAB).